Encore peu utilisé par les chirurgiens-dentistes français, compte tenu notamment de son prix, le laser présente pourtant de réels avantages par rapport aux techniques traditionnelles, sans toutefois les remplacer complètement.

Les premiers lasers dentaires sont apparus dans les années 1980. Mais, ils n’ont vraiment pris leur essor en dentisterie qu’au début des années 2000 avec le lancement des lasers de nouvelle génération, moins douloureux et plus performants.

Carie traitée au laser

 

Un laser est un système optico-électronique qui produit un rayon lumineux étroit et précis, possédant une longueur d’onde unique (donc, une seule couleur, si la longueur d’onde concernée se situe dans le spectre du visible). Ce rayon lumineux concentre une grande quantité d’énergie, qui après absorption par l’eau des tissus du corps humain, agit comme un « bistouri lumineux » (coupe des tissus mous, pulvérisation des  caries,…). Le degré d’absorption du faisceau lumineux par un tissu dépend de la longueur d’onde utilisée et de la quantité d’eau contenue dans le tissu ciblé.

L’énergie est transmise aux tissus soit par l’intermédiaire d’une fibre optique souple (lasers fibrés), soit par un bras articulé.

Les domaines d’application des lasers en dentisterie sont multiples : dentisterie conservatrice (ex : traitement de caries), parodontologie (ex : traitement non chirurgical des poches parodontales), chirurgie des tissus mous (ex: enlèvement de tumeurs bénignes), endodontie (ex : traitement des canaux des racines dentaires), implantologie (ex : dégagement d’implants recouverts par la gencive) et dentisterie cosmétique.

Il existe deux types de lasers : les lasers dits polyvalents permettant de traiter à la fois tissus mous (gencive, muqueuses ou langue) et tissus durs (émail, dentine, os ou caries), et les lasers pour tissus mous seuls. Les effets sur les tissus varient en fonction des caractéristiques des lasers et des paramètres de traitement. Seuls certains lasers de dernière génération sont en fait réellement polyvalents, c’est-à-dire qu’ils peuvent travailler efficacement sur les deux types de tissus.

En Europe, les pays qui utilisent le plus les lasers dentaires polyvalents sont l’Allemagne et l’Italie. Celui qui les utilise le moins est le Royaume Uni. La France se situe dans la moyenne. On considère qu’environ 2,5 % des quelques 40 000 dentistes praticiens français utilise régulièrement au moins un type de laser.

Lors de l’utilisation d’un laser, le port de lunettes de protection est obligatoire, aussi bien pour le patient que pour le chirurgien-dentiste.