Agnès Buzyn le 2018-04-06

Après deux ans de négociations avec L’Assurance Maladie, deux des trois syndicats de dentistes se sont prononcés en faveur de la nouvelle convention qui fixe les honoraires de la profession et ouvre la voie au remboursement à 100% de certaines prothèses dentaires. Emmanuel Macron l’avait promis, voilà qui est chose faite. La signature du syndicat dentaire et du CNSD (représentant plus de 60%) suffit à valider le texte, même s’il divise profondément la profession pour l’instant.

Le premier syndicat de dentistes, le FSDL, qui avait claqué la porte pendant les négociations, y reste fermement opposé. En effet, le nouvel accord qui a été conclu prévoit un plafonnement du prix de la plupart des prothèses dentaires, en échange d’une revalorisation des soins conservateurs (traitement des caries ou détartrage, par exemple) et la création de nouvelles mesures préventives. Au total, le gain net pour les dentistes dépasserait en définitive 230 millions d’euros par an. Cependant, l’impact est très variable selon les cabinets.

La profession fait de gros efforts – Thierry Soulié

« La profession fait de gros efforts. La liberté de prix est échangée sur les prothèses contre des revalorisations encore insuffisantes. Mais c’est un point de départ, que nous espérons améliorer au fil des mois « , déclare Thierry Soulié, président du CNSD. « C’est compliqué mais prometteur pour l’avenir », confirme Philippe Denoyelle, président du Syndicat dentaire. Une promesse supplémentaire du président de la république est venue s’ajouter à la question, celle du remboursement à 100% de certaines prothèses dentaires. Le texte prévoit donc que les couronnes métalliques pour les dents du bas et la norme céramique pour les dents de devant seront entièrement remboursées.

Il s’agirait de « Mesures démagogiques, selon Patrick Stolera, président du FSDL, qui nous ramènent trente ans en arrière. » A l’inverse, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a salué ce « tournant historique  » qui  » donne la priorité à la prévention et améliorera la prise en charge des assurés. Le remboursement à 100 % commencera en 2020 et sera disponible pour tous les actes concernés le 1er janvier 2021.